Le sound design chez Efa

Le sound design chez Efa

Interview Monsieur Arnaud Couty, Responsable Innovation et Design Sonore chez efa

Quel est l’intérêt de l’identité sonore ?

Notre mémoire sensorielle est un outil d’identification souvent sous-estimé qu’il est important de savoir stimuler chez les utilisateurs de vos produits. Au même titre que les images, l’identité sonore exprime des valeurs et constitue un élément majeur de la marque, boostant son attractivité.

Consciemment ou non, nous reconnaissons tous aisément et immédiatement les 4 notes composant le jingle SNCF, ou encore le son de démarrage Windows, la sonnerie d’un appel Skype. Ces marques, parmi tant d’autres, ont toutes réussi le pari de leur identification immédiate et implicite, et de fait sont gravées à long terme dans notre mémoire comme étant des références de comparaison.

Le même processus d’identification implicite durable peut être appliqué à une fonction ou à une situation. On donnera pour exemple les sons de connexion/déconnection d’un périphérique USB ou celui d’une sonnette de vélo qui laisse penser que l’avertissement ne vient pas d’un camion…

Il est certain que les IHM (Interfaces Hommes Machine) ont une marge de progression conséquente, tous marchés confondus. Aujourd’hui, les machines sont de plus en plus complexes et accessoirisées, et certaines cabines tiennent plus du cockpit que du tableau de bord tant elles sont bardées d’écrans et de retours d’informations visuelles. Cela implique une formation et une qualification indispensable des opérateurs en charge du pilotage de ces engins mobiles ou des installations industrielles, et pose parfois des problèmes d’ergonomie, d’attention, donc de sécurité. Imaginez compléter voire substituer partiellement les fonctions d’identifications visuelles par un univers sonore. Ne serait-il pas intéressant de pouvoir identifier et qualifier instantanément un évènement, une situation, une marque d’équipement sans détourner son attention de l’essentiel : l’action ? C’est ce que vous propose efa : Ergonomie, Sécurité, Confort, Productivité.

Quel est votre approche avec le client ? Comment définissez-vous les besoins ?

Il n’est pas chose facile que de définir une identité sonore. Au-delà des objectifs de mémorisation, d’identification et de reconnaissance, la marque doit se demander quelles valeurs elle veut véhiculer. Nous aidons nos clients à caractériser au mieux leurs besoins en fonction de leurs objectifs marketing de cohérence, d’émergence et d’expérience.

L’identité sonore, qu’elle soit de marque ou fonctionnelle doit s’inscrire dans un univers de communication poly-sensoriel cohérent afin d’être crédible. Une cabine dont le design est soigné et où le confort est recherché accueillera ainsi plus naturellement un univers sonore chaleureux et feutré, quand d’autres cabines viseront davantage à suggérer des valeurs de robustesse et de fiabilité.

L’objectif d’émergence vise à se différencier de la concurrence et des codes existants par ses signes sonores, pour affirmer son identité et revendiquer sa singularité. On sait dès la mise en route qu’on travaille sur une machine Y. C’est une référence, un gage de confiance.

Enfin, se doter d’une identité sonore, c’est proposer une expérience nouvelle où se conjuguent imagination et utilité, séduction et originalité. Il s’agit de construire une interaction émotionnelle avec l’opérateur afin de rendre l’utilisation de la machine la plus intuitive possible et de susciter différents types de réactions. Le son permet entre autres de qualifier émotionnellement les retours d’informations d’acquittement, d’alerte, de rappels ou de modes de fonctionnement.

Comment travaillez-vous pour construire une identité sonore ?

La principale difficulté dans la création d’une identité sonore réside dans la subjectivité. Il est effectivement très difficile de décrire un son, car il est immatériel et dépendant d’une interprétation qui diffère d’un individu à un autre.

C’est pourquoi efa mène une démarche progressive de design sonore en définissant en premier lieu la fonction et la valeur ajoutée du son à créer, pour ensuite prendre en compte le contexte environnemental dans lequel il sera diffusé. Enfin, une fois pré-contraint par sa fonction et son environnement, le son est construit et modelé par combinaison de qualifications adjectives. C’est cette somme d’adjectifs qui permet à nos techniciens de répondre au mieux à la demande en proposant un ou plusieurs sons objectifs.

S’il nous est possible de concevoir un son de toutes pièces, il est en général préférable de partir d’un son existant enregistré dans notre quotidien, qui en pose la base matérielle, et d’en modifier la texture, la hauteur, le spectre, etc. en y appliquant des filtres de traitement audio personnalisés.



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *